Asian
photosapiens.com lundi 19 décembre 2005,
par 
Loïc Fel

Conçu comme un carnet de voyage qui réunit pêle-mêle illustrations d'Antoinette Desjardins et photographies d'Yves Lavalette, Asian invite à entrer dans un flux d'impressions d'Extrême-Orient.

L'épais volume, imprimé dans un papier très odorant, nous fait entrer dans un album de voyage où se succèdent les portraits, les gros plans d'objets typiques, les lithographies et les aquarelles, les photographies de sculptures, d'éléments architecturaux et toutes autres images de voyage dans un ordre que nous pourrions prendre pour celui de découvertes successives au fil d'une initiation à l'Asie. Surtout tourné vers la photographie de mode, l'il d'Yves Lavalette valorise spontanément les corps, les vêtements et les textures luxueuses ou précieuses... mais pas seulement, puisque Asian est aussi une occasion pour le photographe de diffuser d'autres types d'images, occasion qu'il a saisi comme en témoignent des clichés de genres aussi diversifiés que leurs sujets.

Dans ce volume l'Histoire côtoie l'artisanat. Des photos qui semblent issues du passé, des personnages hauts en couleur ou typiques, et des traditions perpétuées, construisent un portrait de l'Asie par-delà notre première impression de carnet de voyage. Il est important de noter qu'il s'agit de l'Asie en tant qu'identité culturelle et non pas à strictement parler de l'Asie géographique. C'est en cela que ce livre constitue un projet artistique, et non pas documentaire. Il eut été dommage de tomber dans la recherche du typique, en négligeant tous les aspects contemporains de la vie en Extrême-Orient. Ainsi, il s'agit d'un choix délibéré du typique pour présenter en photographie et en lithographie l'image que nous nous faisons de la culture asiatique, culture que nous pouvons tout aussi bien observer à Paris, comme ne manque pas de le signaler le photographe.

C'est aussi l'occasion d'un dialogue entre le photographe et l'illustratrice. En confrontant parfois leurs interprétations respectives d'un même objet, ils parviennent à organiser un ensemble cohérent. Par exemple, les montagnes asiatiques si souvent représentées dans les lithographies que nous connaissons en occident depuis le XIXe siècle, l'illustratrice et le photographe les interprètent de façon similaire, mais leurs supports artistiques en présentent des aspects différents, oniriques et mythiques avec le dessin, inaccessibles avec la photographie. Chaque medium est alors exploité selon ses possibilités expressives particulières et c'est tout naturellement que de leur confrontation complémentaire se dégage une vue globale des impressions de leur voyage.

Sans prétentions autres qu'artistiques, Asian propose une vision poétique et esthétique des éléments des cultures chinoise, tibétaine et vietnamienne qui ont spontanément attiré les deux artistes. On plonge alors non seulement dans une culture, mais surtout au travers des regards complices d'Yves Lavalette et d'Antoinette Desjardins.